C’est quoi les grandes bases de l’esthétique à Paris ?

L’esthétique vestimentaire contribue à la qualité de la vie et il est donc important de l’étudier. Au sens large, l’esthétique est la réaction de plaisir et de satisfaction dérivée des sensations humaines à travers les expériences de la vue, de l’odorat, du toucher, de l’ouïe et du goût. Lorsque l’étude de l’esthétique s’applique à l’habillement, l’accent peut être mis sur le produit seul, ou sur la façon dont le produit interagit avec d’autres produits, sur soi-même ou les autres personnes portant le produit, ou sur le look créé pour un moment et un lieu spécifiques. L’esthétique vestimentaire concerne la façon dont les gens choisissent d’apparaître, et la façon dont ils veulent se présenter à eux-mêmes et aux autres dans un contexte particulier.

L’ESTHÉTIQUE VESTIMENTAIRE

Les rôles professionnels sont importants à prendre en compte dans l’esthétique, comme la conception et la production de produits ou la création de niches de consommation sur le marché. Dans un rôle professionnel, les designers ont besoin d’un marché pour réussir et les merchandiseurs ont besoin que les consommateurs achètent ce qu’ils stockent et vendent. Mais il ne suffit pas de comprendre le point de vue du consommateur pour créer, vendre et acheter. Le consommateur doit traduire ce qui est à la mode en général en ce qui est significatif en particulier, et peut avoir des difficultés à prévoir la satisfaction du produit et son lien avec l’achat. En comprenant la réponse esthétique, on peut mieux comprendre la relation critique du produit à la culture et aux valeurs de l’individu et du groupe. Il est important de comprendre l’esthétique car si la conception d’un produit ne plaît pas sur le plan esthétique, peu de personnes achèteront ou porteront ce produit.

L’esthétique implique la compréhension de la valeur.

On peut trouver un grand plaisir à s’habiller, à reconnaître un bon design, ou même à se poser la question philosophique “Qu’est-ce que la beauté ?” Une personne qui vit une expérience agréable peut simplement s’exclamer “Wow !” sans comprendre consciemment comment et pourquoi une expérience esthétique aussi intense a eu lieu. Idéalement, en esthétique, on s’engagerait à examiner les raisons de telles expériences et la manière dont elles sont liées à ce qui est valorisé. Critiquer signifie être conscient de ses expériences vestimentaires et en donner les raisons. S’engager dans des discussions sur les critères esthétiques signifie explorer les motifs et les caractéristiques de la tenue vestimentaire qui donnent du sens. Il en résulte une appréciation de la richesse et de la complexité de l’esthétique vestimentaire.

Contributions à l’étude de l’esthétique vestimentaire

Un certain nombre de chercheurs ont contribué à développer le domaine de l’esthétique vestimentaire en utilisant une approche multidisciplinaire. Une première revue de la littérature a été réalisée par les spécialistes de l’habillement DeLong et al. (1974). Marilyn Horn (1975), également spécialiste de l’habillement, a abordé l’étude du vêtement comme un sujet interdisciplinaire. Plus tard, DeLong et Ann Marie Fiore (1994), cherchant à mieux comprendre l’esthétique du vêtement, ont édité une compilation d’articles incluant une variété de perspectives. Fiore, Patricia Kimle et Jospehine Moreno (1996) ont réalisé une analyse documentaire complète axée sur les trois catégories suivantes :

  • le créateur et le processus créatif,
  • l’objet, et
  • l’appréciateur et le processus d’appréciation.

Parmi les théories et applications spécifiques de l’esthétique vestimentaire recommandées au lecteur désireux d’avoir une vue d’ensemble, citons les livres écrits par les spécialistes de l’habillement DeLong (1998) et Fiore (2010).

Concepts esthétiques historiques :

Un examen historique de l’esthétique vestimentaire reflète une perception changeante. Au début du XXe siècle, la reconnaissance puis la pratique du ” bon goût ” étaient l’objectif d’éducateurs dévoués tels que Harriet et Vetta Goldstein (1940), sœurs et professeurs de design, qui ont écrit de nombreuses éditions du manuel Art in Everyday Life. La robe et les arts décoratifs étaient au centre de l’attention. Les étudiants recevaient des exemples de ce qui était bon en matière de design et devaient apprendre à travers ces exemples. Les éléments de conception que sont la couleur, la texture, la ligne et la forme, ainsi que des principes tels que l’équilibre, la proportion et l’harmonie, étaient appris et appliqués aux vêtements. En reconnaissant ces éléments et ces principes de design dans les vêtements, une personne les applique ensuite pour s’habiller de manière distinctive et de bon goût.

L’esthétique est liée aux expériences et aux valeurs d’une société à un moment donné.

Dans les années 1930, par exemple, les hommes américains s’identifiaient principalement à leur travail et montraient relativement peu d’intérêt pour l’esthétique et la mode par rapport aux femmes. La tenue vestimentaire dans les années 1930 était fortement influencée par une nouvelle innovation – le cinéma parlant – et les femmes étaient une cible principale pour les produits et la publicité cautionnés par les stars, comme l’a analysé Sarah Berry (2000). Les marchés cibles se chevauchaient entre les industries de l’habillement, des cosmétiques et des accessoires et ce chevauchement a donné lieu à des efforts de promotion croisée. Les femmes étaient souvent encouragées à acheter un ensemble complet pour créer un look d’harmonie instantanée – depuis les vêtements et les accessoires jusqu’aux couleurs cosmétiques pour les yeux, les joues et les lèvres. Voir ce site https://ladyparisienne.com/ pour en savoir plus !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code